Formation subventionnée par l'Etat

Formation des métiers pour travailler dans la finance

Formation des métiers pour travailler dans la finance

Développez vos compétences. Zéro euro à payer. Grâce à nos formations payées par l’Etat

On retrouve les métiers de la finance dans plusieurs secteurs d’activité, notamment dans trois grands domaines : la banque, l’entreprise et les assurances. Les professionnels de la finance endossent des missions diverses et variées allant du traitement de documents financiers aux activités de conseil, de gestion et d’audit. Si vous désirez travailler dans le secteur de la finance, il vous faudra vous renseigner sur les métiers existants au préalable avant de choisir votre future formation. En attendant que votre projet mûrisse ou afin de conforter votre choix, on vous présente 5 métiers incontournables du monde de la finance !

1. Contrôleur de gestion

Comme son nom le laisse deviner, ce professionnel est un spécialiste du contrôle de gestion. Son rôle est de suivre avec attention les résultats et les performances financières d’une entreprise afin d’aider les dirigeants à la prise de décision et à l’élaboration de nouvelles stratégies à court ou à long terme. Le contrôleur de gestion doit être à l’aise avec les chiffres, rigoureux et méthodique. Comme pour la majorité des métiers de la finance, le contrôleur de gestion doit aussi utiliser les outils informatiques mis à sa disposition et maîtriser les logiciels bureautiques dédiés à son coeur d’activité : Excel, outils ERP, logiciels comptables, etc. Enfin, un bon relationnel est recommandé pour exercer ce métier dans lequel les échanges sont omniprésents.

Formation : Un bac+5 en contrôle de gestion ou en finance est recommandé pour optimiser ses chances de décrocher un emploi. Toutefois, il est aussi possible d’apprendre les rouages du métier en quelques mois en rejoignant une formation certifiante de contrôleur de gestion enregistré au RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles). Les conditions d’accès à ce type de formation peuvent fluctuer selon les organismes : certains demanderont un niveau baccalauréat, d’autres un bac+2 minimum. D’autres cursus peuvent être intéressants pour faire ses premières armes dans le contrôle de gestion : le BUT GEA (Gestion des Entreprises et des Administrations), le DCG (Diplôme de Comptabilité et de Gestion) ou bien une Licence pro management des organisations. En tant que diplômé d’un bac+3, vous commencerez généralement en tant qu’assistant contrôleur de gestion avant de pouvoir évoluer au fil de l’expérience.

Se former au métier de contrôleur de gestion

2. Contrôleur financier

Contrairement au contrôleur de gestion, le contrôleur financier a une approche plus globale de la comptabilité, de la trésorerie mais aussi de la gestion administrative d’une entreprise. Ses responsabilités sont donc plus étendues mais ses missions restent relativement similaires : utilisation d’outils de reporting pour étudier les finances de l’entreprise, élaboration de rapports prévisionnels et proposition de stratégies et nouvelles orientations. Le contrôleur financier est apprécié par ses pairs pour sa capacité à synthétiser l’information, son sens de l’organisation et, bien sûr, ses connaissances poussées en finance et en comptabilité qu’il n’hésitera pas à vulgariser dans un souci de clarté et de pédagogie.

Formation : Là encore, un bac+5 est vivement conseillé pour devenir contrôleur financier même si l’on peut parfois retrouver des offres d’emploi ouverts à des profils n’ayant pas atteint un tel niveau d’études. Hormis les écoles de commerce, vous pouvez, entre autres, vous diriger vers un DCG (Diplôme de Comptabilité) et même viser le DSCG (Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion).

3. Courtier

Le courtier est un professionnel qui fait office d’intermédiaire entre deux parties. Son objectif ? Faire en sorte que son client reparte avec la meilleure offre au meilleur prix. Un courtier peut se spécialiser dans un secteur d’activité précis, on parle alors de courtier en assurance, de courtier en immobilier ou même de courtier en travaux. Défendant avec ferveur les intérêts financiers de ses clients, le courtier prend connaissance de leurs besoins afin de dénicher l’offre la plus adaptée à leurs attentes et leur budget. Son coeur de métier est aussi de conseiller particuliers ou entreprises afin qu’il puissent mieux anticiper les évolutions du marché et prendre les bonnes décisions au bon moment. Fin psychologue, le courtier fait preuve d’évidentes qualités relationnelles pour mettre ses clients en confiance et mieux cerner leurs problématiques. Une bonne gestion du stress, une dose de persévérance et de ténacité ainsi qu’une grande disponibilité seront des atouts de poids pour évoluer dans ce métier.

Formation : Il n’existe pas de formation type pour devenir courtier et plusieurs voies sont empruntables quel que soit votre parcours initial et votre expérience. Globalement, l’accès à la profession peut se faire à partir d’un bac+2 mais un diplôme supérieur est de plus en plus demandé par les employeurs. L’élément le plus important étant de cibler le secteur d’activité qui vous intéresse avant d’entamer toute action de formation. Ainsi, les futurs courtiers en assurance privilégieront le BTS Assurance tandis que les personnes qui se destinent au métier de courtier immobilier opteront plutôt pour un BTS PI (Professions Immobilières). Une licence pro ou un Master 2 (bac+2) pourront venir compléter ces formations en vue d’étoffer vos connaissances théoriques et compétences pratiques.

Accompagnement personnalisé


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.