Formation subventionnée par l'Etat

Formation Comment devenir serrurier-métallier ?

Formation Comment devenir serrurier-métallier ?

Développez vos compétences. Zéro euro à payer. Grâce à nos formations payées par l’Etat

Le serrurier métallier a pour mission la pose, l’entretien et la réparation de divers éléments métalliques appartenant à son domaine de compétence :

  • Serrurerie : pose de serrure, portes blindées, …
  • Construction métallique.
  • Menuiserie métallique : portes, vérandas, verrières…
  • Agencement.
  • Ferronnerie : grilles, balcons, portails, rampes d’escalier,…

Un serrurier-métallier peut se spécialiser dans l’un des domaines décrits ci-dessus.

Le serrurier métallier travaille en atelier lors de la conception des pièces. A l’aise avec la lecture de plans, il maitrise les différentes techniques d’assemblage et de fabrication : pliage, soudage, rivetage, vissage. Sur le chantier, il s’occupe de la pose des éléments de serrurerie et de métallerie, ainsi que de de leur entretien et éventuellement de la maintenance de premier niveau. Il travaille en collaboration avec d’autres acteurs du BTP (charpentier métallique, maître d’oeuvre, maçon, chef de chantier, etc.).

Parce qu’il exerce aussi bien en atelier (fabrication) que sur les chantiers (pose), le serrurier métallier doit allier un certain nombre de compétences. Il maîtrise aussi bien les engins de conception comme les machines à commandes numériques, que les techniques de pose. Il est bien sûr à l’aise avec le travail en équipe, en hauteur, etc.

C’est un métier qui offre de nombreux débouchés, principalement dans les petites entreprises de BTP.

> Devenez serrurier-métallier

Études et formation

Pour devenir serrurier métallier, il est nécessaire de posséder le CAP serrurier-métallier. La formation, accessible après la 3ème, peut durer quelques mois (centres de formation) ou deux ans (lycées professionnels). Le programme comporte une partie théorique et une partie pratique. Les enseignements abordent les techniques de fabrication (lecture de dessins techniques, emploi de machines à CN, choix des outils et des techniques de fabrication, etc.), la pose et le travail sur chantier, les techniques de métallerie, mais aussi une formation générale (mathématiques, sciences, français, communication).

Le CAP ferronnier d’art peut être une alternative intéressante, même si l’enseignement est majoritairement axé sur la conception et la pose d’ouvrages en métal (surtout en fer forgé).

Accompagnement personnalisé


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.