Formation subventionnée par l'Etat

Formation Comment devenir prêtre

Formation Comment devenir prêtre

Développez vos compétences. Zéro euro à payer. Grâce à nos formations payées par l’Etat

Fervent catholique pratiquant, le prêtre séminariste consacre son quotidien à Dieu et à la transmission de la Foi catholique dans le diocèse où il est missionné. Zoom sur cette profession où la vocation catholique est au cœur de son quotidien tout comme les relations humaines.

Quel est le rôle d’un prêtre ?

Serviteur de la parole de Dieu, le prêtre a un rôle à la fois spirituel, théologique et pastoral. Le quotidien d’un prêtre est dédié au Seigneur et se décline à travers des activités variées :

  • Célébration de l’Eucharistie,
  • Célébration de la « Liturgie des heures »,
  • Culte de la Vierge Marie,
  • Connaissances pointues de l’Écriture sainte (Ancien et Nouveau Testament), Théologie, Philosophie, Éthique, Histoire de l’Église, Liturgie, Droit canonique)
  • Catéchèse,
  • Animation liturgique,
  • Préparation au baptême et à la confirmation,
  • Visite des malades,
  • Participation à l’équipe pastorale,
  • Célébration des baptêmes, des mariages et des obsèques,
  • Messe,
  • Préparation d’homélie,
  • Temps de lecture et d’étude liturgique,
  • Temps de prière,
  • Permanence au presbytère,
  • Préparation d’activités pour la communauté,
  • Rencontre avec d’autres prêtres de son doyenné et avec l’évêque, etc.

En tant que pasteur de l’Eglise catholique, le prêtre est à l’écoute de chacun, aussi bien des paroissiens qu’il a l’habitude de rencontrer que de toute personne qui vient frapper à sa porte ou discuter avec lui.

Quelles sont les qualités requises pour devenir prêtre ?

L’enracinement spirituel et une Foi profonde sont indispensables pour devenir prêtre. Au-delà des connaissances de la Bible et de l’Histoire de l’Eglise catholique, le prêtre doit faire preuve de compétences humaines indéniables, avec une écoute et une empathie de chaque instant. C’est un homme serviable et humble. Il doit aussi être un bon orateur aussi bien lorsqu’il fait la messe à l’église que lorsqu’il organise des rencontres, ou des activités au sein de sa paroisse. L’éloquence est une qualité essentielle pour tous ceux qui souhaitent se consacrer à la prêtrise ! Le prêtre doit aussi avoir des qualités d’animateur pour fédérer les paroissiens, impulser une dynamique dans sa communauté et animer des temps d’échanges, aussi bien avec des adultes qu’avec des enfants.

Le nombre de prêtres diminuant au fil des décennies, les prêtres officient désormais sur plusieurs communes. Il faut donc avoir son permis et un véhicule pour se rendre dans les différentes églises ou chapelles où ils officient. Tourné vers les autres – quels que soient leurs statuts sociaux, leurs conditions de vie, leurs convictions – le prêtre communique sa joie, reste humble en toutes circonstances et ne doit pas être dans le jugement. Guide spirituel, chaque prêtre doit rassembler la communauté chrétienne, riche de sa diversité. Il doit accompagner chacun dans sa quête de Dieu et ne jamais être dans le jugement.

Quelles études pour devenir prêtre ?

Seuls les hommes peuvent accéder à la prêtrise en France. Pour se lancer dans le métier de prêtre, le chemin de formation – essentiellement spirituel – est long. Vers 20 ans, quand un croyant catholique pense avoir reçu l’Appel de Dieu, il se tourne vers le prêtre de son diocèse pour évoquer avec lui sa spiritualité. Le service de vocation de son diocèse lui propose alors de participer à la vie de l’Eglise dans la paroisse ou en aumônerie, et de rencontrer des prêtres durant un à deux ans. Cela permet de mûrir sa décision. C’est ce qu’on appelle l’année de discernement ou année de propédeutique. Pour suivre les six années de formation obligatoires menant au Diplôme universitaire d’études théologiques (DUET), il faut ensuite obtenir l’accord de l’évêque, qui admet ou non le candidat au Sacerdoce. Tout au long de son cheminement intellectuel et spirituel, l’étudiant a un accompagnateur spirituel avec qui il peut échanger sur ses aspirations, des doutes, ses difficultés ou sur tout point théologique.

La formation comporte trois cycles durant lesquels chacun étudie la théologie, l’Histoire de l’Eglise, la Bible. Elle permet aussi de se former à la Prière mais aussi à la psychologie ou aux relations humaines. Durant les 6 ans de formation, l’apprenant multiplie les stages dans des diocèses et les rencontres avec des prêtres.

Le jour de l’ordination, le séminariste devient prêtre au cour d’une cérémonie religieuse durant laquelle il s’engage au célibat et promet obéissance à son évêque. Le prêtre peut alors exercer dans une paroisse, en aumônerie, dans une communauté religieuse ou une mission caritative.

Quelle formation continue pour devenir prêtre ?

Toute sa vie, un prêtre étudie les textes bibliques et l’Histoire de l’Eglise pour parfaire ses connaissances religieuses et s’imprégner chaque jour davantage de la parole de Dieu. S’il a vocation à faire des missions à l’étranger, il peut aussi étudier une langue en particulier pour pouvoir échanger facilement avec les populations locales.

Quelle évolution pour un prêtre ?

Le prêtre peut faire sa mission pastorale toute sa vie. Pour certains, leur vocation religieuse peut les amener à devenir évêque. Il s’agit d’une charge qui est proposée et non d’une candidature de la part du prêtre. Il s’agit d’une procédure dans laquelle la nonciature apostolique (le conseiller principal du pape) reçoit une liste de candidats potentiels, élaborés par les évêques. Une enquête est alors menée sur chacun des prêtres pour savoir s’il pourrait devenir évêque. Une liste de trois noms est ensuite transmise à la Congrégation. Les cardinaux et évêques membres du dicastère examine chaque dossier en réunion. Leurs recommandations sont transmises au pape, qui a toute liberté pour les suivre ou non. Une fois le choix du pape arrêté, le prêtre est convoqué pour qu’on lui annonce sa nomination. À lui d’accepter ou nom de devenir évêque, avec les responsabilités que cela incombe.

De la même façon, le pape nomme un évêque pour qu’il devienne cardinal. Et à la mort d’un pape, les cardinaux sont réunis en conclave pour élire le nouveau pape parmi l’un d’entre eux.

Quel est le salaire d’un prêtre ?

Un prêtre n’est pas salarié ; il ne touche donc pas un salaire. Il perçoit ce qu’on appelle un traitement de la part de son diocèse, financé par les dons des fidèles (Denier de l’Eglise). Il peut s’ajouter à cela des offrandes de messe, c’est-à-dire un revenu supplémentaire pour faire la messe (de l’ordre de 17 euros en 2018). Chaque prêtre est logé gratuitement, et parfois les factures liées au logement (eau, électricité, etc.) sont aussi prises en charge.

Avec quel métiers le prêtre est amené à travailler ?

Le prêtre est amené à travailler au quotidien avec d’autres prêtres mais aussi avec l’évêque. Dans une église, il travaille aussi avec des vicaires et des bénévoles de tous horizons.

Accompagnement personnalisé


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.