Formation subventionnée par l'Etat

Formation Comment devenir osthéopathe

Formation Comment devenir osthéopathe

Développez vos compétences. Zéro euro à payer. Grâce à nos formations payées par l’Etat

Quelles sont les qualités requises pour devenir ostéopathe ?

Comme l’ensemble des métiers relatifs à la santé et au paramédical, l’ostéopathe doit pouvoir faire preuve d’un sens de l’observation et de l’écoute aiguisé tout comme se montrer empathique et bienveillant. Son aptitude à être pédagogue lui permettra par ailleurs de transmettre de manière claire, précise et adaptée les différents conseils susceptibles d’intéresser les patients, en vue du maintien et de l’amélioration de leur état de santé. Bien entendu, des qualités relationnelles en plus d’une bonne condition physique seront de réels atouts pour favoriser une relation patient-thérapeute de qualité, mais également la réalisation qualitative et efficiente des différentes manipulations. Il est également nécessaire que l’étudiant en ostéopathie soit à l’aise avec la thérapie manuelle et le corps humain pour permettre l’apprentissage des techniques manuelles et la capacité par la suite en tant que professionnel de les mettre en œuvre.

Il est en outre indispensable d’acquérir de nombreuses compétences techniques, développées au cours de sa formation au sein d’une école d’ostéopathie, mais également tout au long de sa carrière. Ainsi, les étudiants se formeront aux connaissances médicales, à l’anatomie, à la biologie ou encore à la physiologie du corps. L’apprentissage de ces savoirs s’accompagnera de mises en pratique afin de maîtriser les techniques de traitement manuelles, de développer sa main et le toucher, d’appréhender les différents tissus du corps. Le futur professionnel devra également savoir conduire une anamnèse notamment pour comprendre le motif de la douleur, établir un diagnostic, réaliser différents tests et déterminer le traitement adéquat.

Quelles études pour devenir ostéopathe ?

Pour devenir ostéopathe, il est nécessaire de réaliser des études spécifiques dont le nombre d’années après l’obtention du bac s’élève à cinq. Les étudiants doivent effectuer cette formation au sein de l’une des écoles d’ostéopathie réparties sur le territoire français. Ces écoles sont privées, mais agréées par le Ministère de la Santé et dispensent une formation en conformité avec le référentiel préconisé par ce dernier. La formation en tant que telle se décomposent en deux cycles et est accessible en déposant un dossier de candidature et en effectuant un entretien d’admission.

Les trois premières années constituent un enseignement théorique à travers des cours magistraux sur les fondamentaux du métier d’ostéopathe ainsi que sur les connaissances médicales, scientifiques. Chaque école permet la mise en pratique et la mise en place de travaux dirigés dès la première année de formation afin de favoriser l’apprentissage des savoirs et le développement des compétences techniques manuelles. Les deux années suivantes sont axées sur la pratique et engagent les étudiants à réaliser un nombre précis de consultations au sein d’une clinique partenaire ou attenante à l’école d’ostéopathie. Chaque apprenant développera alors une posture professionnelle responsable et éthique. À la fin de leur formation, les étudiants pourront prétendre au diplôme d’ostéopathie (DO), nécessaire pour pratiquer en tant qu’ostéopathe.

Quelle formation continue pour devenir ostéopathe ?

La formation d’ostéopathie est accessible à tout professionnel issu d’un domaine éloigné du secteur sanitaire, doté d’un bac. Il sera nécessaire de passer par le cursus de formation initiale tel que présenté au paragraphe précédent. Celles et ceux qui exercent des métiers du secteur médical et paramédical pourront quant à eux et dans certains cas, se voir diplômés du DO, en réalisant une formation adaptée. Par exemple, un masseur-kinésithérapeute pourra se former et valider des domaines de compétences inhérents au DO, complémentaires à ceux validés au cours de leur formation initiale en Kinésithérapie. Infirmiers, médecins, sages-femme, podologues, etc., sont autant de métiers qui permettent l’accès au DO à travers la formation continue, disponible dans certaines écoles à temps partiel – évitant ainsi la perte de salaire. Des dispenses d’unités d’enseignement seront proposées selon le diplôme du professionnel en reconversion. Le dispositif de la VAE – Validation des Acquis de l’Expérience – est également une piste pour celles et ceux qui souhaiteraient faire valoir leur expérience et valider un diplôme d’ostéopathie, afin d’exercer en tant que tel.

Au même titre que de nombreux professionnels de la santé et du paramédical, les ostéopathes sont soumis à la formation obligatoire tout au long de leur carrière afin de maintenir leurs acquis et connaissances, mais également en vue d’améliorer leur pratique professionnelle, de se tenir à jour des avancées cliniques, de l’évolution de la pratique thérapeutique ou encore pour acquérir de nouvelles compétences (complémentaires, spécialisations).

Quelle évolution pour un ostéopathe ?

Plusieurs perspectives d’évolution sont envisageables après avoir obtenu le diplôme d’ostéopathe. Le professionnel peut faire des remplacements pendant quelques mois ou années avant d’envisager la création d’un cabinet libéral. Pour ce faire, il peut s’associer à d’autres ostéopathes ou développer son cabinet au sein d’une structure pluridisciplinaire. Il peut par ailleurs exercer en tant qu’intervenant extérieur ou salarié au sein d’entreprises privées comme publiques. Aussi, l’ostéopathe peut, comme nous l’avons évoqué, se spécialiser dans un domaine particulier et ainsi intervenir dans un cadre spécifique (aquatique, sportif, animalier, etc.).

Après de nombreuses années d’expérience en tant qu’ostéopathe, ce dernier peut souhaiter évoluer et convoiter un poste de cadre de santé. Il lui faudra alors acquérir des compétences supplémentaires, notamment à travers une formation adaptée.

Quel est le salaire d’un ostéopathe ?

Le salaire de l’ostéopathe dépend de certains critères à commencer par son lieu d’exercice, son statut et l’ampleur de sa patientèle. Le coût d’une consultation est généralement fixé aux alentours de 50€, en moyenne. En cabinet libéral, un professionnel débutant peut espérer un salaire aux alentours des 1 500€ brut, puis percevoir une rémunération mensuelle entre 2 000€ et 5 000€ (voire plus dans certains cas) avec une expérience professionnelle certaine.

Avec quels métiers l’ostéopathe est amené à travailler ?

L’ostéopathe contribue au mieux-être de son patient à travers une prise en charge spécifique, relevant de son champ de compétences qu’est l’ostéopathie. Il peut dans le cadre de sa mission générale établir un lien avec d’autres intervenants, gravitant autour de ce patient. Ainsi, sage-femme, équipe soignante, sophrologue, et bien d’autres, constituent un réseau de partenaires avec qui l’ostéopathe peut être amené à collaborer. Aussi, bien qu’une séance d’ostéopathie ne soit pas soumise à une prescription médicale, le professionnel peut tout de même faire le lien avec le médecin traitant du patient (avec l’accord de ce denier), du fait de son rôle de coordinateur de soins.

Accompagnement personnalisé


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.