Formation subventionnée par l'Etat

Formation Comment devenir apiculteur

Formation Comment devenir apiculteur

Développez vos compétences. Zéro euro à payer. Grâce à nos formations payées par l’Etat

Quel est le rôle d’un apiculteur?

Le métier d’apiculteur consiste d’abord à veiller à la bonne santé de ses essaims d’abeille et au développement de ses ruches. L’apiculteur travaille au rythme des saisons. Il débute au printemps par la vérification des ruches et le « nourrissement » des essaims d’abeilles pour stimuler la ponte de la reine. Pendant la pleine saison, outre la récolte du miel et le déplacement des ruches au gré du rythme des floraisons (« transhumance » des abeilles), il peut selon les besoins diviser ses colonies d’abeilles et élever des reines pour renouveler son cheptel. Durant la période d’hivernage des abeilles, de septembre à février, il continue à surveiller la santé de ses ruches, nettoie et déparasite son matériel et prépare la saison suivante.

Le gérant d’une exploitation apicole s’occupe aussi généralement de la transformation et de la commercialisation des produits de la ruche. Dans la miellerie, il extrait le miel en plaçant les cadres dans une centrifugeuse, puis le nettoie dans un maturateur. Il peut également récolter la gelée royale, la propolis, la cire ou le pollen. Après avoir conditionné ses pots de miel ou ses autres produits, il les vend à des professionnels (industrie pharmaceutique, cosmétique, agro-alimentaire) ou en assure la vente directe auprès de particuliers (boutique, marchés, salons…). Il peut diversifier sa production en fabricant des produits alimentaires (gâteaux, bonbons…) ou des produits dérivés (bougies, produits de beauté…). A noter : l’apiculteur peut également être rémunéré par des agriculteurs pour la pollinisation de leurs cultures.

Devenez apiculteur

Quelles sont les qualités requises pour devenir apiculteur?

Se lancer dans l’apiculture en tant que professionnel demande de multiples compétences, à la fois théoriques et pratiques. L’apiculteur doit connaître les particularités et les besoins de chaque race d’abeille mellifère, ainsi qu’avoir de solides acquis en matière de botanique pour tirer le meilleur parti de la flore environnant ses ruches et son exploitation. Il faut de manière générale aimer la nature et avoir un bon sens de l’observation.

Le métier d’apiculteur fait appel à d’autres compétences et qualités connexes. Etre bricoleur est un atout, afin de pouvoir fabriquer et réparer son matériel et ses ruches soi-même. Il faut également avoir la fibre commerciale et avoir des bases solides en gestion afin de pouvoir mener les différents aspects administratifs de son entreprise et parvenir à écouler ses produits. Mais avant tout, l’apiculture est une affaire de passionné. Produire du miel exige en effet beaucoup de patience et de calme. Travailler avec le vivant demande aussi beaucoup d’exigence. De plus, les apiculteurs sont confrontés à un phénomène de taux de mortalité des essaims abeilles en augmentation lié à différents facteurs tels que le réchauffement climatique, l’effondrement de la biodiversité ou l’utilisation de pesticides.

Quelles études pour devenir apiculteur?

L’installation en tant qu’apiculteur est possible sans aucun diplôme. Avoir suivi une formation apicole permettra néanmoins de se lancer avec plus de sécurité et augmentera les chances de pérenniser son exploitation. Il est d’abord possible de se former « sur le tas » en effectuant un stage auprès d’un apiculteur, ou au sein d’un rucher-école. Ce type de formation courte permet d’apprendre les bases du métier en matière de gestes professionnels, de cycle de vie des abeilles, de réglementation ou de sécurité.

Il existe également une offre de formations plus longues et diplômantes. Celles-ci permettent d’acquérir des connaissances plus approfondies en matière d’apiculture mais aussi de gestion d’une exploitation. On pourra notamment préparer un Brevet Professionnel responsable d’entreprise agricole (BPREA) avec une spécialisation en apiculture. Ce diplôme est accessible en apprentissage et en formation en distance (FOAD) et comprend à la fois des enseignements théoriques et pratiques, ainsi qu’un stage dans une exploitation apicole. Au niveau bac et bac+2, le Bac Pro conduite et gestion de l’exploitation agricole et certains BTS en agriculture et agronomie (BTS ACSE, BTS APV…) peuvent également inclure des modules consacrés à l’apiculture.

Quelle formation continue pour devenir apiculteur?

Le métier d’apiculteur est accessible dans le cadre d’une reconversion professionnelle et ce type de profil est très commun dans les projets d’installation. Les personnes souhaitant suivre une formation courte ou une formation diplômante en apiculture dans le cadre de la formation continue peuvent s’orienter vers les Centres de formation professionnelle et de promotion agricole (CFPPA) proposant une offre de formation apicole. Ces établissements proposent généralement une offre variée de formations d’initiation à l’apiculture ou de spécialisation (diversification des produits de la ruche, accueil de groupes, production d’essaims ou élevage de reines…). Ils peuvent également préparer au Brevet Professionnel responsable d’entreprise agricole (BPREA) avec une spécialisation en apiculture ou au titre professionnel apiculteur. Il  existe également une certification professionnelle responsable d’exploitation apicole (CPREA). Les personnes ayant déjà une expérience professionnelle d’au moins un an dans le domaine de l’apiculture peuvent également entamer une démarche de validation de l’expérience (VAE) pour obtenir un diplôme dans ce domaine. La détention d’une certification reconnue (capacité agricole) est en effet un prérequis pour bénéficier d’aides à l’installation en agriculture telles que la dotation jeune agriculteur (DJA).

Il est possible de faire appel à différents dispositifs de financement de la formation professionnelle afin de financer en tout ou en partie son projet de formation. Les salariés envisageant une reconversion professionnelle peuvent notamment faire appel au CPF de transition professionnelle (ex-CIF) ou solliciter la reconversion et promotion par l’alternance (Pro A, ex-période de professionnalisation). Les demandeurs d’emploi peuvent de leur côté réaliser une demande pour une aide individuelle à la formation (AIF) auprès de Pôle emploi. Enfin, il est également possible de mobiliser les crédits inscrits sur son Compte Personnel de Formation (CPF). On pourra activer son CPF et vérifier l’éligibilité d’une formation à ce type de financement sur le site moncompteformation.gouv.fr.

Quelle évolution pour un apiculteur?

L’apiculteur exerçant en tant qu’indépendant, son évolution professionnelle sera liée à l’augmentation de la taille de son exploitation et/ou à la diversification de sa production. Outre le miel, il pourra se lancer dans la commercialisation de produits complémentaire (cire, gelée royale, pollen…) ou de transformation (gâteaux, bonbons…). Il est également possible d’élaborer une offre d’accueil du public ou de stages pédagogiques. L’apiculteur peut également se lancer dans une démarche de certification en agriculture biologique afin de valoriser davantage les produits issus de ses ruches.

Quel est le salaire d’un apiculteur?

Les revenus d’un apiculteur dépendront du nombre de ses ruches, de leur production et des circuits de commercialisation et de valorisation choisis. Les apiculteurs professionnels débutent souvent en exerçant d’abord en amateur. Même si les frais d’installation sont moins importants que pour d’autres types d’activités agricoles, certains conservent ensuite d’autres revenus professionnels le temps de se lancer. Une ruche produit de 10 à 20 kg de miel par an et l’on considère qu’il est nécessaire d’avoir de 300 à 400 ruches pour une activité professionnelle.

Accompagnement personnalisé